Accueil > Actualité > Vie du réseau > A propos du déplafonnement de l’aide à l’accompagnement dans les (...)
 

Dans la même rubrique...
• 2èmes Assises Nationales des Entreprises Sociales Apprenantes - Programme Prévisionnel
• Hommage à André RENE-CORAIL - administrateur national de CHANTIER école
• Assemblée Générale Ordinaire de CHANTIER école - 14 Juin 2019
• PACTE AMBITION IAE - CONTRIBUTIONS DU RÉSEAU DES ENTREPRISES SOCIALES APPRENANTES
• CHANTIER école recrute son/sa Responsable Professionnalisation et Valorisation des Compétences
• Le lancement d’une Conciergerie Solidaire
• La nouvelle gouvernance de CHANTIER école
• A vos Agendas ! Les 1ères Assises Nationales des Entreprises Sociales Apprenantes
• A la rencontre des administrateurs : Sylvie Le Bourhis
• A la rencontre des administrateurs : Jacqueline Bedez-Stouvenel
• Les actions du réseau pour « Faire du retour à l’emploi un levier pour demain »
• Revivez les 8èmes Rencontres Nationales en image !

  A propos du déplafonnement de l’aide à l’accompagnement dans les ACI

Depuis plusieurs mois, voire années, il est question du déplafonnement de l’aide à l’accompagnement des ACI.

Nous l’avons souhaité, demandé et pensions avoir été entendus. La
promesse de ce déplafonnement (en réalité il s’agit de multiplier par 7
les plafonds actuels) a été faite par Xavier BERTRAND et reprise par
l’actuel Ministre Michel SAPIN lors de son intervention en réunion plénière du CNIAE. Des communiqués ont été publiés laissant croire que
la mesure était opérationnelle et applicable. CHANTIER école a fait
preuve d’une grande prudence dans la communication sur cette question.

En effet, il nous paraissait, d’une part, prématuré d’avancer des éléments avant la parution du texte dûment signé. D’autre part, nous savions aussi que l’enveloppe dédiée à l’IAE n’avait pas été abondée et
que par conséquent cette mesure n’entraînerait pas une hausse de
l’aide accordée aux structures. Sur le fond, la mesure permettrait de
répondre à la situation des structures d’une certaine taille et déjà au
plafond actuel. Elle permettrait aussi de ne pas pénaliser les projets de
rapprochements avec une aide à l’accompagnement moindre. Sur les
modalités, le réseau maintient sa demande de critères plus objectifs
dans l’attribution de l’aide et un calcul prenant en compte le nombre
de postes conventionnés. Une aide à l’accompagnement basée sur
un minimum de 1200 € par poste conventionné est ce que nous
revendiquons.

Partager :